L'Histoire des Normes

Les plaques d’acier trempé et revenu (Q&T) des temps modernes ont été développées à partir du blindage militaire. Il y a quelques 60 ans, les fabricants d’acier cherchaient à modifier la tôle de blindage en acier coûteuse, fortement alliée, de très haute dureté (360-500 BH) en vue de l’utiliser en construction. Cette nouvelle conception nécessitait une norme. Pour répondre à ce besoin, L’American Society for Testing and Materials (ASTM) a rédigé les spécifications de la norme ASTM A514. Cette norme décrivait avec précision les critères techniques et les paramètres acceptables régissant la production d’acier trempé et revenu d’une limite d’élasticité de 100 000 lb/po.ca. (690 MPa) et dont l’indice de dureté Brinell varie entre 235 et 293.

Il y a environs 30 ans, l’Association canadienne de normalisation (CSA) a essentiellement changé le nom de la norme ASTM A514 aux fins de conception technique au Canada, le remplaçant par CSA 100QT. Même si des modifications de détail ont été apportées aux spécifications pour refléter les méthodes courantes dans les aciéries tant canadiennes qu’américaines, les spécifications sont demeurées à peu près inchangées depuis la rédaction initiale de la norme il y a près de 60 ans.

 

Bien que l’évolution de la plaque d’acier trempé et revenu comme acier de construction (charpente/structures) se soit fait avec normes, ce ne fut pas le cas de la tôle d’acier pour application de pièces d’usure. Aucun auteur indépendant d’épreuve, ni au Canada, ni aux États-Unis, comme l’ASTM ou le CSA, n’a défini de spécifications normalisées relatives à l’usure. Il s'ensuit que nous nous retrouvons aujourd’hui avec une norme technique pour la construction, mais avec aucune norme technique pour pièces d’usure. Alors, la norme de structure dont nous disposons met l’accent sur les critères de production dans les aciéries, sans aborder les problèmes ou les méthodes de fabrications.

 

Pour tenter de combler ce vide, les aciéries de partout ont rédigé leurs propres spécifications de noms commerciaux. En plus de créer un nom de marque pour leurs aciers, ces spécifications ont permis aux fabricants d’avoir des critères techniques de conception et des techniques de fabrication, tant pour les applications de structure que d’usure. De ce fait, les acheteurs d’acier doivent aujourd’hui se débattre avec des noms commerciaux tenant lieu de normes souvent mal adaptées aux méthodes d’achats et fabrications. Pour ajouter à la confusion, la fabrication de l’acier et la technologie du traitement thermique ont brouillé d’avantage les frontières entre applications de structure et d’usure par de nouveaux produits à limite d’élasticité de 130 000 à 160 000 (890 à 1100 MPa) et à indice de dureté de plus de 600BH. Ce n’est donc pas surprenant que le marché continue de se débattre avec des normes incomplètes et des noms commerciaux créant de la confusion.

Copyright © 2014 High Strength Plates & Profiles Inc. Legal Notice   Accessibility Policy Site designed & maintained by Graphiti Designs.